BLOG

Retour de Biennale du design de St Étienne #4 / Contrainte & objets connectés

Retour de Biennale du design de St Étienne #4 / Contrainte & objets connectés

Retrouvons Johanne, Brand Designer junior, qui, après s’être intéressée pour qui nous travaillions, s’est interrogée aux objets connectés qui nous déferaient de la contrainte.

L’exploration de la contrainte m’a permis de constater que de plus en plus d’objets étaient créés pour tenter de nous défaire de nos tâches domestiques. On peut, par exemple, évoquer la station Amazon Echo. Ce produit connecté se présente comme l’assistant personnel de demain, une intelligence artificielle contrôlée par la voix qui nous apporte de l’information ou en enregistre pour nous (météo, news, listes de courses etc.). Cet objet s’inscrit dans la lignée des objets connectés tels que Mother Sen.se (2013) ou Ivee Voice (2017), dits « Home’s assistant » ou « Home’s Voice », qui arriveront certainement en masse, dans les prochaines années.

Ces objets posent deux grandes questions. Si nos foyers sont connectés, en permanence ouverts sur l’extérieur, ils deviennent « perméables », quid de la sécurité ? La deuxième question que je me suis posée est-ce celle liée à leur usage, sont-ils vraiment nécessaires ? L’humain va-t-il devenir complétement assisté dans les années à venir ou être simplement augmenté grâce à la technologie ? Sommes-nous devenus trop feignants pour ne plus accomplir des tâches domestiques que nous voyons comme des contraintes ? Peut-être sommes-nous simplement trop occupés par nos objets digitaux ? Le produit Selfie Room en est l’illustration. A première vue, ce concept semble idiot et dépourvu de sens. En effet, cet objet n’est autre qu’un balai à selfie. Il permet de faire à la fois le ménage et de contenter sa personnalité narcissique. Cependant, il est, peut-être, un début de solution à cette aversion des tâches domestiques en alliant la contrainte et le plaisir de se prendre en photo. Il y a aussi des solutions qui peuvent paraître excessives comme Pavlok. Ce bracelet connecté a pour seul but d’obliger l’usager à tenir ses objectifs sous peine de prendre une micro-décharge électrique. En gros, on procrastine, on est puni. La procrastination, cette tendance nouvelle qui nous fait tout remettre à demain, a d’ailleurs augmenté de plus de 350% en 40 ans (Dr Piers Steel – 2007). L’évolution de nos outils technologiques ne cesse de s’accélérer, depuis quelques années, et cela me pousse à croire que les deux sont intimement liés. A force de procrastiner le quotidien, se peut-il que nous soyons un jour remplacés par les machines ? Et d’ailleurs pourquoi tout remettre à plus tard ?

Crédits photos : Florian LEMAITRE, Johanne AUCLAIR, Amazon

Choose To Share :-  

2 thoughts on “Retour de Biennale du design de St Étienne #4 / Contrainte & objets connectés

  • cialis canada   |   mai 01, 2018

    Hello to all, how is all, I think every one is getting more
    from this web page, and your views are pleasant in support of new viewers.

  • ΝΤΕΤΕΚΤΙΒ   |   mai 22, 2018

    Everyone loves it when people come together and share ideas.

    Great site, stick with it!

Leave a reply