BLOG

Retour de Biennale du design de Saint Étienne #5 / Plénitude & objets connectés

Retour de Biennale du design de Saint Étienne #5 / Plénitude & objets connectés

Johanne, Brand Designer Junior, nous propose, aujourd’hui, de s’interroger sur le rôle des objets connectés dans l’atteinte d’un sentiment de plénitude.
Retrouvez ses précédents articles ici et ici.

Un début de réponse peut déjà être apporté : le manque de temps, l’hyper-sollicitation et l’hyper-connexion. Toujours liés à nos « joujoux digitaux » qui nous accaparent la plupart du temps, le problème posé, ici, est celui du lâcher prise.
L’application Tic Bot (Orange Design Lab) a pour but d’analyser l’utilisation que l’on a de nos téléphones et de nous rappeler qu’il faut savoir s’arrêter lorsque que son utilisation devient excessive et source de stress. Dans le monde du travail aussi le problème peut se poser. L’hyper-sollicitation et l’accumulation de tâches sont autant de facteurs qui fatiguent et qui nuisent à la productivité. De plus en plus de services et objets visant à optimiser le bien-être des travailleurs sont ainsi nés. On peut par exemple citer le concept de micro-sieste, illustré à la Biennale par le coussin Power Nap du projet Overtime. Celui-ci facilite les micro-siestes pour revitaliser l’usager tout en transformant la chaleur humaine en énergie et donc en source de revenus. Le bracelet connecté Workfit (Projet Career Management) suit, lui aussi, cet aspect d’optimisation du bien-être en adaptant les conditions de travail de l’usager en fonction de ses contraintes personnelles. Ici encore, on peut constater que l’objet connecté vient supporter la charge et les contraintes de l’homme. Qu’en est-il alors de cette relation complexe entretenue entre l’homme et la machine ? Les robots peuvent-ils nuire à notre existence ? L’intelligence artificielle pourra-t-elle un jour tous  nous remplacer et marquer la fin du travail de l’humain ?

Bonus : La sécurité du mot de passe.
La profusion d’outils et d’objets connectés (sites Internet, applications, ordinateurs, téléphone, etc.) nous poussent à accumuler et à devoir retenir de nombreux mots de passe. Beaucoup d’entre nous, pour s’éviter ce tracas, prennent le risque d’en n’utiliser qu’un, ce qui peut être source de stress. En effet, aussi complexe soit-il, le mot de passe peut être hacké. L’outil ID Protocol permet d’apaiser ces situations en proposant un système de sécurité alternatif qui nécessite une intervention humaine à la fois manuelle et intellectuelle. Pour débloquer son ordinateur, l’usager doit retenir « une histoire tactile » ou « une suite de couleurs », créées lors de l’activation de l’objet, puis débloquer l’outil manuellement à la manière d’un rubik’s cube.

Crédits photos : Florian LEMAITRE et Johanne AUCLAIR

Choose To Share :-  

Leave a reply