BLOG

Designnovation / retour sur la 12e conférence sur les enjeux de la promotion du design

Designnovation / retour sur la 12e conférence sur les enjeux de la promotion du design

Ce 9 novembre avait lieu la 12ème rencontre Designnovation organisée par l’APCI. Le thème de l’année était la perception du design comme outil stratégique. Où en sommes-nous ? Quels sont, aujourd’hui, les challenges à relever? Autant de problématiques auxquelles les participants (publics comme privés) ont pu chercher à répondre au cours de cette journée de tables rondes et de Workshops.

Dici Conseil & Design vous propose un compte-rendu de cet événement pour une intégration européenne du Design.

Le secteur a su prouver, au cours de ces dernières décennies, l’importance de nos métiers. Le design est un levier de compétitivité, créateur de valeur au travers de produits, services et process innovants. Pourquoi, dès lors, peine-t-il encore à s’intégrer à nos PME ? Le design management reste encore un « gros mot » pour beaucoup d’entrepreneurs, représentant un concept flou dont ils ne savent percevoir la nécessité. Et pourtant il est crucial! Leur permettant d’adapter leur stratégie à un monde, un environnement qui change sans laisser aucune chance aux structures figées dans le temps. En outre, on ne peut imaginer une adoption rationnelle du design sans design management car il est la condition nécessaire pour dépasser la superficialité qui colle à notre profession. Il s’agit donc, encore et toujours, de faire changer les mentalités en profondeur. Un  bouleversement culturel nécessaire pour faire de notre territoire une place forte de l’innovation européenne. L’APCI, au travers de l’intervention d’acteurs français et internationaux, nous propose un état des lieux des actions menées à différentes échelles. 

Trois thèmes principaux furent abordés :

“L’Europe soutient le design”

Comme le rappelle Xavier le Mounier (Policy Officer à la Commission Européenne), le design revêt une importance capitale pour l’Union Européenne. Il constitue le pont entre conception et marché permettant la naissance de nouvelles idées originales, des produits à forte valeur ajoutée (porteurs dans les exports européens) et une réflexion de chaque instant sur le consommateur et la meilleure gestion de nos ressources. Ainsi, de nombreuses politiques et initiatives régionales ont été mises en place ces dernières années. “Design for Innovation”, “Design for Europe”, BEDA (Bureau of European Design Associations), tous recherchent le même objectif, ouvrir une collaboration paneuropéenne, au-delà des clivages sectoriels, en vue d’une meilleure compréhension du métier et d’une revalorisation des entreprises créatives. Il s’agit aujourd’hui d’éliminer les clichés qui entravent encore l’innovation. Par la formation et le partage de l’expérience, les entrepreuneurs pourront prendre conscience de leurs besoins, un besoin qui surpassera leur réticence au changement.

Comment inciter les PME à considérer le design comme partie prenante de leur stratégie?”

Au Royaume-Uni, le design est perçu comme une industrie, qui plus est, une industrie représentant une contribution aux exportations de plus de 30 milliards de Livres, en 2013. Un métier, porteur d’emplois touchant tous les secteurs même ceux considérés comme les moins créatifs. La valeur du design n’est donc plus à prouver, mais comment expliquer que certains pays se trouvent encore à la traîne ? Comment y remédier ? La Cité du Design de Saint-Etienne multiplie, depuis quelques années, les phases d’interactions et d’échanges entre les différentes parties. La Biennale organisée en 2013 a, par exemple, permis la sensibilisation à nos méthodologies au travers d’ateliers et du « Design by doing ». Car le problème est simple et est le même depuis des années: nous pouvons être convaincus, nous designers, de la justesse de notre démarche mais à quoi bon si le message n’arrive jamais aux oreilles des dirigeants de PME? C’est en ce constat que le projet européen EASME Horizon 2020 trouve sa légitimité, visant à la formation de plus de 300 PME aux métiers du design et à la démarche centrée sur l’usager.

« Faire entrer les écoles de commerce et d’ingénieurs dans l’ère du design »

Depuis 20 ans, les initiatives visant le rapprochement entre écoles de commerce, d’ingénieurs et de design se sont multipliées, et pourtant, un étudiant sortant de ces écoles ne saura toujours pas en quoi consiste exactement le métier de son voisin designer… Pour Brigitte Borja de Mozota, cet échec est dû au manque de compréhension des différents systèmes pédagogiques. Le rapport qui semble aujourd’hui exister entre ces écoles n’est pas porteur de sens. Il s’agirait donc de repenser cette relation en rééquilibrant les rapports de force, chose difficile quand on sait que le design ne se dote que très difficilement d’indicateurs de rentabilité… Car les problématiques de ces entités sont très proches. Aujourd’hui, le designer souhaite acquérir une place stratégique dans l’entreprise, au même titre que commerciaux et ingénieurs. Un projet de croisement des programmes basé sur des apports complémentaires semble donc légitime…  L’ARTEM, regroupant école des Mines, des Beaux-Arts et l’ICN (Management School), représente un premier pas vers cette mixité. Au travers de projets collaboratifs, les étudiants apprendront à mieux se connaitre et à travailler ensemble. Ces sessions ont, par ailleurs, d’ores et déjà permis le dépôt de brevets et la création de Startups. Un projet ambitieux mais aux effets encore anecdotiques… L’éducation semble donc être un levier de premier choix, il reste encore à voir si nous saurons l’actionner à bon escient.

En conclusion

La volonté est bien présente, la reconnaissance du design en tant que force créatrice de valeur bien réelle. Cependant, ces initiatives multiples ne semblent pas encore impacter les leviers opérationnels essentiels à notre implantation sur le long terme… Le chemin est encore long vers l’évolution des mentalités à notre égard. Il est évident que nous ne pouvons seuls modifier les contours d’un écosystème entrepreneurial entravé par l’inertie d’une culture construite décennies après décennies. Cette initiative de l’APCI démontre, cependant, une certaine envie d’avancer ensemble, vers une politique commune du design. Car s’il existe bien une leçon à tirer de nos tentatives passées à faire valoir notre potentiel, c’est que nous ne pouvons plus nous permettre, en tant que designers, de ne pas parler d’une voix commune.    

L.A.

Compte-rendu de la journée par l’APCI : http://bit.ly/1RgPXlx

Programme et liste des intervenants de Designnovation 12ème édition :

https://www.weezevent.com/conference-europeenne-15

10 exemples d’intégrations réussies :

French Design Management Tour :

http://www.apci.asso.fr/magazine/categorie/designmag/design-management-decouvrez-10-entreprises-exemplaires

Cet article est complété par : DESIGNNOVATION / FAIRE ENTRER LES ÉCOLES DE COMMERCE ET D’INGÉNIEURS DANS L’ÈRE DU DESIGN

Choose To Share :-  

One comment on “Designnovation / retour sur la 12e conférence sur les enjeux de la promotion du design

  • Kamel   |   novembre 13, 2015

    Les PME françaises ont encore du mal à se convaincre du bénéfice qu’elle peuvent tirer du design. Les entrepreneurs pensent que le design n’est pas fait pour eux, que c’est trop cher ou que c’est inutile. C’est bien dommage car les sociétés françaises qui intègrent le design dans leur stratégie augmentent leur chiffre d’affaires.

Leave a reply