BLOG

Designnovation / faire entrer les écoles de commerce et d’ingénieurs dans l’ère du design

Designnovation / faire entrer les écoles de commerce et d’ingénieurs dans l’ère du design

Designnovation fut l’occasion, cette année, de mettre en lumière un sujet fondateur pour nos métiers : celui de l’éducation. Les jeunes entrepreneurs de demain se trouvent dans nos écoles/universités/institutions qu’elles soient d’ingénieures, de design ou de commerce. Il semble, aujourd’hui, primordial de traiter la question de la mixité de nos structures futures, à sa source. La promotion du design revêt, avant tout, une dimension pédagogique afin d’apporter aujourd’hui la compréhension nécessaire aux organisations transversales, créatrices de valeurs pour la France de demain.

Dici Conseil & Design vous propose donc un zoom sur l’un des thèmes abordé au cours de cette journée d’échange, à savoir : Faire entrer les écoles de management et d’ingénieurs dans l’ère du design.

DESMA est un réseau de formations en Design Management. Comme nous l’explique Oriana Haselwanter, coordinatrice du projet, son but est de pousser les acteurs du secteur à repenser cette combinaison d’un point de vu aussi bien académique qu’opérationnel. Cette initiative revêt plusieurs formats. Les Desma Chats et Desma Talks rendent compte d’une volonté de création de cette communauté internationale et transdisciplinaire. Ces chats sont des épisodes, en ligne, de 30 minutes pendant lesquelles un petit groupe d’experts dédiés à cette problématique de transversalité va échanger. Libre à chacun de prendre part à la discussion et d’apporter ses propres questionnements ou éclairages quant au sujet initial. Desma Tours s’inscrit plutôt dans une logique de diffusion, cette facette du projet constitue un voyage, pour le moment en Amérique latine à la rencontre des différents membres du réseau. Le choix d’un territoire relativement vierge de cette pratique du Design Management a permis l’adoption d’un point de vue neuf aussi bien pour la recherche que la pratique. Cette expérience permet une réflexion profonde sur nos pratiques et modes de diffusion occidentaux. Desma Vibes constitue un événement sans précédent, d’ampleur internationale, ce programme de conférences et d’échange vise à la diffusion des premiers résultats de l’opération. Au-delà de cette première mission de constatation et d’évaluation, ce regroupement d’experts sera l’occasion de réfléchir aux prochaines actions à mener, de dessiner les contours du Design Management, de sa formation de demain. DESMA Stream (chaine youtube) et Desma Avenues (livre) sont deux nouveaux outils de diffusion, dans une logique multi supports visant à toucher le plus grand nombre.

France Design Education constitue le plus grand réseau d’écoles supérieures de design, en France. Ses écoles sont aussi membres du réseau international Cumulus favorisant une coopération interuniversitaires de grande envergure. Son but ? Confronter les meilleures pratiques pédagogiques en vue d’une meilleure reconnaissance des métiers de la création et de l’innovation sur le plan professionnel.  Christian Guellerin, Directeur général de L’Ecole de Design Nantes Atlantique, Président de FDE et Président honoraire de Cumulus, nous expose les justifications d’une telle stratégie de regroupement. Tout d’abord entre écoles de Design, il semblait crucial d’établir une certaine harmonisation des discours et méthodes pédagogiques liées à l’apprentissage de nos métiers. Une démarche restée floue, pendant des décennies, ne nous a pas  permis d’acquérir la visibilité et la légitimité pourtant essentielles à notre volonté de reconnaissance et promotion.  Puis le croisement des métiers, se rapprocher des écoles d’ingénieurs et de commerce semblait légitime puisque permettant l’établissement, en amont, d’une reconnaissance pluridisciplinaire entre les entrepreneurs de demain. Car ces jeunes diplômés possèdent des savoirs complémentaires, à nous de faire en sorte qu’ils en prennent conscience afin de créer les structures innovantes dont notre pays aura besoin dans sa course à la compétitivité. Cette mixité, n’est cependant pas évidente à obtenir, des cultures foncièrement différentes s’étant développées dans chacune de ces écoles… Ce rapprochement semble cependant inévitable face aux problématiques nouvelles d’intégration au monde du travail auxquelles les jeunes diplômés du design doivent aujourd’hui faire face…

Michel Jauzein nous présente quant à lui l’ARTEM, projet Nancéen de regroupement de l’école des mines, des Beaux-Arts et de l’ICN Business School. La volonté de regroupement et coopération reste la même, ce projet pourrait cependant représenter une tournure un peu plus opérationnelle de cette alliance. L’ARTEM c’est aujourd’hui, 3500 étudiants, un campus commun en préparation, un réseau fort d’entreprises régionales soutenant le projet mais aussi et surtout une pédagogie basée sur des projets pluridisciplinaire regroupant des étudiants de chacune de ces écoles autour d’une démarche de co-création. Il s’agit de réunir ces étudiants, non pas pour les fondre dans le modèle de l’entrepreneur de demain, mais plutôt pour mettre en évidence les spécificités de leur métier et la complémentarité de leurs apports personnels dans un projet commun. Sur le marché du travail, cette transversalité prend de plus en  plus d’importance, une telle initiative constituerait donc l’apport aux entreprises d’un nouveau type de diplômé singulier dans leur captation de la diversité, plus ouvert à l’innovation. Un regard neuf sur le monde auquel ils devront tous faire face à la sortie de leurs écoles respectives…

Des initiatives sont bien entreprises dans ce champ crucial de la promotion du design. Cependant, la problématique posée par Brigitte Borja de Mozota reste entière, est ce que se contenter de juxtaposer des cultures diverses suffit à l’émulsion réelle de ces dernières ? Mettre l’information, le savoir à disposition est une chose, pousser les jeunes étudiants de notre pays à s’en imprégner en est une autre…. Ici se pose la question de la compréhension et l’adaptation des méthodes, contenus pédagogiques de ces écoles afin que l’enseignement du design se fasse de manière plus automatique et concrète.

Les écoles de commerces bénéficient d’une légitimité centenaire ce dont, nous designers, devons-nous passer… L’expérience nous a cependant montré que nos métiers sont complémentaires notamment dans l’écosystème entrepreneurial actuel. Apporter une certaine volonté de mixité entre ces jeunes diplômés apparaît donc comme un enjeu majeur, qui ne saura souffrir du maintien de réponses superficielles. 

A.L.

Cet article fait suite à : DESIGNNOVATION / RETOUR SUR LA 12E CONFÉRENCE SUR LES ENJEUX DE LA PROMOTION DU DESIGN

Choose To Share :-  

Leave a reply