BLOG

#1 / état et collectivités locales / quand les compétitions ne sont pas rémunérées

(M.A.J du 16/05/2013 en fin d’article : Un tumblr drôle sur le sujet)

(M.A.J du 16/05/2012 en fin d’article : Une charte AFD des marchés publics de design)

Une pratique, de plus en plus courante, dans la recherche de services de design est la mise en compétition. Il est ainsi demandé aux agences ou aux designers indépendants de fournir un premier travail de création (recherches de logotypes, de chartes graphiques, par exemples) en même temps qu’un devis chiffré afin de départager les différents fournisseurs potentiels.

Pourquoi pas me direz-vous ?

Oui, mais ces consultations ne font souvent pas l’objet d’un quelconque dédommagement pour le travail réalisé, même partiel. Seulement un « merci d’avoir participé ».

Cette pratique est largement utilisée dans le secteur marchand.

Ainsi, tout travail ne mérite pas salaire.

Certaines organisations de représentation du secteur comme l’Association Design Conseil (ADC) tentent d’expliquer aux entreprises et aux acteurs du design qu’il existe des règles simples de mise en compétition dont chaque partie peut sortir gagnante.

Retrouvez le Livre Blanc des compétitions de design de l’ADC ici.

Mais ce qui est encore plus préoccupant, c’est que le secteur non marchand recourt très régulièrement à cette pratique.

Voici deux exemples  de compétitions non rémunérées pour la création d’un logotype :

–          Présidence française à l’Union Européenne en 2008

–          ENSAD (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs) en 2009

Il est à noter, qu’en règle générale, le tollé suscité aboutit finalement à une indemnisation, souvent mineure, et qui arrive trop tard.

En parallèle, on peut également trouver des concours ouverts exclusivement à des étudiants ou à des particuliers non professionnels (les habitants d’une ville pour la création du logo de leur ville, par exemple).

Le cas de la conception du logotype bio européen () est frappant : « La commission européenne a décidé que le logo serait créé par des étudiants en art et design des pays membres. Elle a organisé un concours et a reçu 3 422 projets. Un jury a présélectionné trois projets que la commission soumet actuellement au vote des internautes […].un logo créé par des jeunes et choisi par la population. Selon la commission, le but était de créer «un logo bio astucieux et créatif». Par le vote en ligne, elle «entend garantir que le logo choisi plaise au plus grand nombre.» Ces arguments ne sont guère convaincants. » (Source : Design fax N°690 du 21/12/2009).

C’est là où le bât blesse. L’Etat, les collectivités locales et les organismes de formation et de représentation, dans leur mission d’intérêt général, devraient avoir pour mission de promouvoir et soutenir le secteur du design (comme le reste des acteurs de l’économie française). Payer une prestation ou recourir aux professionnels du métier en font partie.

Nous trouvons difficile que, d’un côté, l’Etat encourage les PME à utiliser le design et que, d’un autre côté, il ne respecte pas lui-même les règles de base d’échanges économiques sains.

Espérons, en tout cas, que les mentalités changent… et vite.

M.A.J : 16/05/2012 : Quand l’alliance française des designers (AFD) nous annonce une bonne nouvelle, nous n’allons pas nous priver de vous la faire partager.

Un communiqué de presse de l’AFD nous prévient que la Charte AFD des marchés publics du design a été approuvée par le ministère de la Culture et de la Communication .

Ainsi la création de la valeur ajoutée par le métier exercé par des professionnels du design et le respect de leur statut a été  clairement défini dans cette nouvelle charte qui structure un peu plus notre marché.

Plus de détails :

M.A.J : 16/05/2013 : Quand l’absurde est illustré

Pour illustrer cet article et en rire, nous vous proposons une image trouvée sur le tumblr Mon maçon était illustrateur : http://monmacon.tumblr.com

Choose To Share :-  

3 thoughts on “#1 / état et collectivités locales / quand les compétitions ne sont pas rémunérées

  • Jean Schneider   |   juin 11, 2010

    Il faut rappeler 1/ que c’est illégal; 2/ que beaucoup d’organisations professionnelles en Europe mènent des actions contre, mais que la profession a un comportement inconséquent, ce qui ne facilite pas l’adoption de nouveaux comportements !

    • Tiphaine   |   juin 11, 2010

      Tout à fait d’accord. Les professionnels du design ont bien évidemment une part de responsabilité en acceptant de participer à ces compétitions.

  • Joshua   |   septembre 09, 2010

    La pression de la concurrence est des fois difficile et il ne faut pas s’étonner. Je viens de recevoir un appel d’un groupe pharmaceutique et dés que je leur ai annoncé que nous faisions des compétitions exclusivement rémunérées, la personne est partie en courant. Et bien oui, tout travail mérite salaire. On ne travaille pas pour des prunes.

Leave a reply