BLOG

Retour de Biennale du design de St Étienne #1 / Les mutations du travail

Retour de Biennale du design de St Étienne #1 / Les mutations du travail

Dici a envoyé son équipe de jeunes collaborateurs visiter la Biennale du design de Saint Etienne 2017 qui vient de fermer ses portes.

Nous vous proposons leur rapport d’étonnement à l’issue de leur visite.

Commençons par celui de Mané, designer industriel en alternance à l’École de design Nantes Atlantique, qui a été particulièrement intéressé par notre relation avec la robotique dans l’exposition « Panorama des mutations du travail« .

 

C’est dans le cadre de la biennale 2017, soulignant les mutations du travail ainsi que notre relation avec la robotique, que je suis tombé sur un drôle de robot nommé “TicBot” (Orange design lab). A l’heure où la société s’est imprégnée du numérique et de cette culture du click permanent, Ticbot matérialise et dénonce cette hyper-sollicitation. Le robot capte notre stress numérique via une application. Ce dernier se met à grogner et s’agite lorsqu’il détecte que nous déverrouillons notre téléphone de façon habituelle et répétitive.

Au-delà du fait que le robot se met à froncer les sourcils lorsque nous touchons trop souvent à notre téléphone, Ticbot souligne un problème plus profond dans notre société, et particulièrement chez les jeunes. En effet, cette hyper connexion constante a tendance à monopoliser notre attention. Nous sommes constamment connectés à notre appareil et il est presque devenu compulsif de regarder son téléphone, tant les jeunes sont en quête de notifications. Il est intéressant qu’un projet, comme celui-ci, matérialise ce phénomène qui ne cesse de s’aggraver, tant les réseaux sociaux ont pris une place dominante dans notre vie quotidienne.

Face à la vague indéniable des objets connectés qui déferle dans notre vie quotidienne, certains objets comme Pavlok, prennent le contrepied et se moquent, avec finesse, de ce que pourrait devenir le prochain gadget. Effectivement, Pavlok est un bracelet connecté qui a pour mission de nous envoyer une décharge électrique lorsque nous dévions de nos objectifs. En ce sens, il rejoint le message de Ticbot, exception faite qu’au lieu de nous montrer son mécontentement, par un mouvement énergique, il nous punit en nous envoyant une décharge électrique. Ce bracelet connecté est intéressant dans la mesure où nous pouvons nous poser la question : Jusqu’où irons-nous ? Irons-nous jusqu’à inventer des “objets robots“ capables d’accroître notre productivité en nous remettant dans le droit chemin ? Allons-nous créer un robot capable de nous robotiser ?

Crédits photos : Florian LEMAITRE & Pavlok

Choose To Share :-  

Leave a reply